Steel Division : les catégories d’unités

Catégories d'unités

C’est pour mieux te regarder, mon enfant

Après notre premier guide sur Steel Division, un petit tour des catégories d’unités s’impose désormais pour savoir dans quoi vous mettez les pieds. Même si le tutoriel vous décrit très bien le rôle de chaque combattant, il y a certaines choses qui sont peu ou pas expliquées et que nous aurions pourtant aimé connaître au moment de nous lancer.

Prenons par exemple les unités de reconnaissance qui correspondent à la première de nos huit catégories. Catégories d'unités Steel Division nous apprend que leur but est de repérer les soldats ennemis sur le terrain, qui autrement n’apparaitraient pas ou resteraient masqués. Sauf qu’avec l’expérience, on distingue plusieurs types d’unités de reconnaissance qui ne se jouent pas du tout de la même manière :

Reconnaissance basique

Elle est facile à reconnaître, elle ne coûte presque rien et n’est composée que deux hommes équipés d’armes à courte portée. C’est le genre de troupe que l’on privilégie en débutant ou pour une reconnaissance passive. Vu le peu de soldats disponibles par section, la reconnaissance pure ne peut se permettre d’aller se battre et doit donc rester cachée tout en étant le plus proche de la ligne de front. Cette infanterie n’a pas d’autre rôle que de rester assise à observer le terrain et c’est déjà pas mal.

Reconnaissance anti-char

Notre préférée sans hésitation. Une fois encore, il s’agit d’un petit groupe de soldats qui n’excède pas quatre bonhommes. La différence fondamentale avec les autres unités, vous l’avez sans doute deviné. Ces gars sont équipés des meilleures armes anti-char, notamment le Panzerschreck du côté allemand qui a la particularité d’être le seul à tirer à 250 mètres. Bref, ces troupes sont idéales pour repérer et éliminer les unités blindées dans des embuscades meurtrières. Si votre division en possède, cela nous paraît être un must-have, à condition de bien les utiliser.

Reconnaissance de combat Catégories d'unités

Il arrive que certains groupes contiennent une dizaine d’hommes avec un équipement de combat polyvalent. Ces unités ont le rôle, le coût et la puissance d’une infanterie classique, avec toujours cet avantage de vision par rapport aux troufions moyens. Là encore, difficile de vous priver de cette opportunité si votre division en dispose, bien que le problème de ces troupes soit une question de disponibilité. Il y a moins d’unités de reconnaissance de combat recrutables que son équivalent en infanterie classique et il faut généralement attendre la phase B ou C pour les voir débarquer.

Véhicule de reconnaissance

Cela peut paraître une bonne idée initialement mais les véhicules de reconnaissance s’utilisent bien différemment de l’infanterie. Leur vision est plus mauvaise, ils sont pour la plupart fragiles et faibles et coûtent cher de surcroîtCatégories d'unités Ajoutez à cela le fait qu’ils sont faciles à repérer pour les éclaireurs adverses et peu nombreux et vous avez là le portrait typique d’une unité risquée. Néanmoins, c’est une solution viable pour accompagner un groupe de blindés en attaque ou pour contrer l’infanterie en début de partie. Et vu le tarif affiché par certains véhicules de reco, mieux vaut qu’ils soient meurtriers pour valoir l’investissement.

Sniper

Avec leurs fusils capables de tirer à 400 mètres et leur précision extrême, les snipers sont une catégorie d’unité très appréciable et facile à rentabiliser. Pratiquement chaque coup se solde par un mort, ce qui peut être avantageux pour se débarrasser d’une mitrailleuse ou d’un canon antichar. Un tireur d’élite est cependant très vite repéré. Étant donné que sa distance de tir n’est pas exceptionnelle, il peut être facilement abattu par de l’infanterie ou quelque chose du genre. La mobilité est une condition indispensable pour que cela n’arrive pas.

Envoyez les boys !

Vu que nous sommes lancés, on enchaîne directement avec l’infanterie qui représente le plus gros de vos forces. Peu importe votre type de division, elle est primordiale, particulièrement en phase A où l’économie ne se prête pas toujours à des investissements coûteux. Ici aussi plusieurs catégories s’offrent à vous :

Infanterie standard

Le type de bataillon le plus équilibré. Elle comporte une dizaine d’hommes (douze pour les Alliés) et offre généralement un mélange d’armes à courte, moyenne et longue distance qui la rend polyvalente. Cette infanterie peut transporter une arme antichar avec elleCatégories d'unités C’est surtout le cas côté allemand bien que cette arme n’ait qu’une portée de 150 mètres, contre les 200 du bazooka et du Piat Allié. Il existe des variantes plus faibles de l’infanterie standard mais qui ont la même utilisation, comme les volontaires de la 2ème division blindée française ou les ersatztruppen de la 91. Luftlande. Ces derniers compensent par un prix d’achat vraiment très faible.

Catégories d'unités

Mitrailleuse

Ces gros engins sont plutôt situationnels. Il s’agit d’une petite équipe maniant une grosse mitrailleuse capable d’arrêter l’infanterie à 800 mètres. L’arme est remarquable pour interdire l’accès aux troupes à pied mais elle se retrouve fort démunie dans des combats à courte distance. Qui plus est, les mitrailleuses sont peu maniables, une fois en place, elles mettent beaucoup de temps pour se déplacer. L’avantage, c’est qu’elles sont peu coûteuses et peuvent se retrancher dans un bâtiment. A noter qu’elles sont plus utiles en défense qu’en attaque et qu’elles demandent une belle ligne de vue pour être utiles. Vous voilà prévenus.

Infanterie à grenade

Elle est pratiquement identique à l’infanterie standard sauf sur un point important : elle possède des grenades EXTRÊMEMENT violentes. Ces unités sont si répandues qu’elles ont même leur propre logo, et vous apprendrez très vite à les craindre. En gros, elles sont aussi douées pour engager l’infanterie adverse. Sauf qu’à 100 mètres de distance elles lâchent des grenades qui peuvent facilement décimer la moitié d’une escouade, ce qui rend ce type d’unité idéal pour chasser l’infanterie en pleine forêt. L’infanterie à grenade est en grand nombre alors pour compenser cet avantage indéniable, elle n’est jamais équipée d’armes antichars et ne peut pas lancer plus de deux grenades.

Commandant

Un incontournable du champ de bataille. Les commandants ne sont pas censés combattre mais soutenir les troupes au plus près de la ligne de front. Catégories d'unités Le soutien se traduit par une augmentation du niveau de vétéran ainsi qu’une diminution de 50% du niveau de stress reçu. En plus de cela, les commandants ont généralement avec eux une arme de soutien. Il s’agit très souvent de grenades fumigènes pour couvrir des troupes en difficulté mais cela peut aussi bien être une arme antichar ou des grenades explosives. Les commandants ne coûtent pas grand-chose, mais sont aussi peu nombreux sur le terrain. Ne les laissez pas mourir.

Unité de corps-à-corps

La dernière catégorie est la plus compliquée à jouer. Il s’agit de troupes spécialisées dans les affrontements entre 100 et 200 mètres. Typiquement, ces soldats excellent dans la capture de villes en se déplaçant de maisons en maisons. Le hic, c’est que ces escouades possèdent généralement six hommes, voir moins, ce qui les rend très fragiles. Avec ça, ils sont un poil cher. Vous aurez le choix entre des lance-flammes capables de stresser rapidement l’infanterie, y compris retranchée dans un bâtiment, et/ou des groupes armés des meilleures armes à courte portée. La plupart du temps, ce type d’unité embarque avec lui des grenades fumigènes facilitant les tentatives d’approche ou au contraire lui permettant de fuir.

Full Metal Charrette

Passons maintenant aux chars. Vous allez voir, ils sont vachement moins compliqués que les deux sections que nous venons de découvrir. Pour résumer, la catégorie char regroupe tous les véhicules blindés spécialisés dans le combat contre d’autres blindés. Catégories d'unités La plupart des tanks sont capables d’attaquer l’infanterie avec des obus mais ils sont généralement faiblards dans cette configuration et parviennent dans la plupart des cas à stresser leurs opposants jusqu’à la retraite. En revanche, ils sont tous équipés de mitrailleuses capables de tirer à 600 ou 800 mètres selon le modèle et celles-ci sont plutôt efficaces. Ils sont rapides et ont vraiment tout pour plaire, sauf qu’il ne faut pas oublier que ce sont des cibles faciles complètement miros. Ne pas les faire accompagner par l’infanterie ou des unités de reconnaissance est généralement synonyme de mort stupide sur un lance-roquette embusqué ou un canon antichar. Cela dit, peu importe le modèle de tank, l’utilisation est toujours la même si bien que l’on ne divise les chars qu’en quatre catégories :

Char de commandement

Les effets sont exactement les mêmes que ceux des commandants à pied. Il s’agit donc de protéger ce char vital qui a l’avantage de pouvoir intervenir rapidement sur la ligne de front si besoin. Evidemment, ces derniers n’ont pas de fumigènes et autres joyeusetés des commandants à pied.

Char à 800m de portée

Ils représentent une minorité de l’arsenal de Steel Division. Ce sont uniquement des chars légers ce qui signifie qu’ils sont rapides, fragiles et avec une faible puissance de feu. Le bon côté des choses c’est qu’ils sont peu coûteux et ont généralement une puissance adaptée pour l’infanterie contrairement à de plus gros modèles.

Char à 1000m de portée

Ces engins sont les plus communs et feront des merveilles de la phase A à C. Certaines divisions non blindées n’auront d’ailleurs que cela à se mettre sous la dent.

Catégories d'unités

Char à 1200m de portée

Et voici l’élite de l’élite qui regroupe les meilleurs chars moyens et lourds, mais aussi les plus chers, sans surprise. Ces tanks sont plus facilement trouvables dans les divisions blindées. Ils sont à privilégier en terrain découvert où les 200 mètres de portée supplémentaires feront toute la différence. Dans ce cas de figure, ils pourront mettre la pression sur la ligne de front puisque aucune unité antichar n’a une portée supérieure. A moins de les contrer à courte portée ou avec des chars et canons antichars équivalents, il va être dur de les stopper. En particulier les Tigres, Panthers et Königstigers allemands qui sont très violents.

Le Big Bazar

Dans la liste des catégories d’unités, celle des supports vient juste après. Rien n’a jamais aussi bien porté le nom de fourre-tout que cet onglet. Les unités qui y figurent sont aussi éclectiques qu’indispensables. Aucune ne se joue de la même manière et elles sont pour la plupart dures à maitriser :

Unité de ravitaillement

Sauf coup de folie, les véhicules de ravitaillement sont un passage obligé. En les mettant en position fixe près de vos armées, ils sont capables de les réapprovisionner en munitions. Cette capacité n’est pas illimitée et dépend du nombre de munitions que transporte le véhicule. Même vide, les unités de ravitaillement peuvent toujours se rendre utile en réparant les blindés abimés. Une dernière anecdote un peu spéciale : les unités de ravitaillement ne sont pas prises pour cible par défaut. En revanche, si une unité adverse passe à côté de votre engin alors qu’il est seul, il passera automatiquement sous le contrôle ennemi.

Canon d’infanterie

Dans un sens, les canons d’infanterie sont très proches des mitrailleuses. Catégories d'unités Ils sont spécialisés dans la lutte contre les troupes à pied, lents et vulnérables à courte distance. La différence se ressent surtout au niveau des dégâts. Les canons sont bien plus létaux mais leur « faible » cadence de tir ne leur permet pas d’engager plusieurs escouades rapidement. Par ailleurs leurs obus explosifs sont suffisamment puissants pour éclater des véhicules très faiblement blindés.

Infanterie lance-flammes

Exactement le même genre que l’on trouve dans la catégorie infanterie, excepté que ces unités-là ne sont composées que de deux hommes.

Véhicule lance-flammes

Autrement plus intéressants, ces machines de guerre peuvent cracher les enfers à la distance plus raisonnable de 260 mètres. L’avantage évident est que cela les rend capables d’attaquer l’infanterie tout en étant à une distance confortable. Avec une micro-gestion intensive, les véhicules lance-flammes peuvent éviter les armes antichars de cette dernière, mais se retrouvent fort dépourvus face à des tirs de blindés. Au passage, les véhicules lance-flammes peuvent aussi bien être légers que lourds.

Véhicule anti-infanterie

Catégories d'unités
Ceci était un AVRE, l’un des chars anti-infanterie les plus puissants… avant d’être détruit par un PIAT.

 

On s’excuse par avance s’il existe un terme plus adapté mais en tout cas, il colle parfaitement à la description de cette catégorie. Ces bêtes de guerre sont taillées pour le combat contre les troupes non-blindées avec une valeur HE élevée. Qu’ils utilisent des canons et/ou des mitrailleuses, ces véhicules font très mal à l’infanterie de près comme de loin. Ils compensent ceci par l’incapacité d’engager des blindés, tout en ayant les avantages et les inconvénients de ces derniers.

Véhicule de commandement

Exactement le même principe que les chars de commandement. Dans cette sélection on trouvera toutefois des unités plus légères. Des half-tracks légèrement blindés ou des Jeeps la plupart du temps. Certains de ces véhicules n’embarquent même pas d’armes et sont uniquement présents pour soutenir les alliés à l’arrière.

Unité hybride

Une bien étrange section qui regroupe tous ceux qui n’ont rien à faire là en théorie. Les unités hybrides portent bien leur nom puisqu’elles sont aussi à l’aise contre l’infanterie que contre les blindés. On se demande toutefois pourquoi certains engins qui ont clairement la description d’un char ou d’un canon antichar n’ont pas été rangés dans la bonne catégorie. Et puis il y a les OVNI comme le SOD de la Guards Armored (véhicule équipé d’une arme antichar d’infanterie) qui justifie le rôle atypique que remplit la catégorie support.

Char qui roule n’amasse pas mousse

Continuons notre tour d’horizon des catégories d’unités avec le type suivant : les troupes antichars. Le nom est limpide, tout comme leur rôle. Ces soldats excellent en défense ou en embuscade contre les véhicules. L’important va être ici de les positionner sur les zones stratégiques. Tout un art qu’il n’est pas si facile de maîtriser : Catégories d'unités

Infanterie antichar

On retrouve la même particularité que pour la reconnaissance antichar. Les troupes alliées ont une arme qui ne tire qu’à 200 mètres quand les allemands ont du gros matos qui atteint les 250 mètres. On privilégiera pour le coup cette infanterie côté Axe sachant que sa manipulation est complexe dans un camp comme dans l’autre. La faute à ses deux hommes par escouade la rendant très vulnérable. Une rencontre avec l’infanterie ennemie sera systématiquement synonyme de mort, mais un tir raté sur un véhicule aussi.

Canon antichar

Le cœur de la catégorie antichar. Les canons antichars sont les armes qui vont stabiliser votre ligne de front par rapport à l’avancée des blindés adverses. Comme pour les chars, on répertorie des canons à 1000 et 1200 mètres de portéeCatégories d'unités Et comme pour les chars, seuls les meilleurs pourront tirer aussi loin. L’utilisation des canons est assez semblable à celle des mitrailleuses et canons d’infanterie. Le positionnement idéal est un coin de forêt bien caché avec une belle vue dégagée sur la route. Les canons antichars, comme les unités précédemment citées, sont lents et sensibles aux explosions. Aussi, votre pire ennemi sera l’aviation et l’artillerie d’en face dont il sera difficile de se prémunir.

Chasseur de char

De prime abord nous sommes tentés d’utiliser les chasseurs de char comme des blindés normaux. Un stratège avisé renoncera vite à cette idée. Leurs déplacements ne sont pas aussi aisés, leurs blindages sont généralement inférieurs et leurs cadences de tir sont toujours moins bonnes celles des tanks traditionnels. La raison d’être d’un chasseur de char est d’évacuer les problèmes des canons antichars. Grâce au blindage, il se protège de ses prédateurs naturels tout en gardant cet aspect défensif grâce à des tirs puissants et précis. En somme, l’utilisation est la même. Le choix d’un canon antichar ou d’un chasseur de char dépendra essentiellement de l’arsenal déployé face à vous.

No man’s sky

Une des catégories les plus transparentes. Les unités anti-aériennes sont là pour dégager le ciel, mais à leur manière. Leurs tirs feront davantage de dommages psychologiques que réels, en conséquence les pilotes sont censés détaler avant même d’avoir eu le temps de faire leurs affaires. On appréciera de placer ces unités légèrement à l’arrière de la ligne de front pour protéger votre côté de la carte mais il n’est pas interdit de les approcher pour faire feu sur l’infanterie contre laquelle elles sont très efficacesCatégories d'unités Avant de les séparer en plusieurs sous-catégories, précisons que les unités anti-aériennes sont soit des canons accompagnés d’hommes à pied, soit des véhicules légèrement blindés. Elles sont vulnérables dans les deux cas, mais on a l’avantage de la vitesse en ce qui concerne les véhicules. Cela dit, le véritable choix se fait en fonction de la portée et de la cadence de tir :

Anti-air à 800m de portée

C’est la base des unités anti-aériennes. Elle se caractérise par sa portée faiblarde, un coût faible, mais aussi par une cadence de tir très élevée. L’arme est imprécise, mais peu importe, c’est le stress qui compte. Le contrecoup de cette vitesse, c’est que la réserve de munition se vide très rapidement.

Anti-air à 1000m de portée

A l’inverse, les troupes AA avec 1000 mètres de portée ont une cadence « lente » et une précision supérieure. Vous aurez probablement plus de chance d’abattre un avion salement amoché, mais rien n’est moins sûr.

Le flak 41 88mm

Le currywurst n’est pas la seule spécialité allemande. Dans Steel Division : Normandy 44, plusieurs divisions d’outre-Rhin ont accès aux flaks de 88mm. Catégories d'unités Ses performances anti-aériennes sont meilleures avec une portée de 1200 mètres et une précision de 7, mais sa cadence chute drastiquement tout comme sa compétence à gérer l’infanterie. Hormis ces caractéristiques déjà exotiques, le flak 88mm a un autre avantage de taille : on peut s’en servir comme d’un excellent canon antichar (15 d’AP). Cette polyvalence lui vaut une place de choix dans toutes les divisions pouvant se le procurer.

Grosse Bertha, es-tu là ?

Si vous trainez dans le menu des groupements tactiques vous avez compris que la prochaine étape est l’artillerie. Bien que son utilisation ne soit pas primordiale durant une partie, pilonner les lignes adverses est toujours de bon augure. Les divisions mécanisées et d’infanterie ont une forte synergie avec ce type d’unité. Cela dit l’artillerie, bien calée à l’arrière de vos positions, sera généralement la meilleure réponse face aux défenses statiques non blindées de l’ennemi, quel que soit votre choix de division :

Mortier

Les mortiers ont une faible portée pour une unité d’artillerie. De 1200 à 1600 mètres selon le modèle, c’est plutôt chiche et cela vous obligera à prendre des risques en approchant ces spécialistes de la ligne de front. La prise de risque s’avère payante une fois les troupes engagées : les mortiers délivreront une puissance respectable, vu leurs coûts, avec une cadence de tir soutenue idéale pour mettre en pièce les poches de résistance du front, en particulier l’infanterie. Catégories d'unités Comme d’autres pièces d’artillerie, les mortiers sont capables de tirer des obus fumigènes, donnant à ces unités un rôle défensif apprécié.

Mortier mécanisé

Même concept que les mortiers standards avec en plus les avantages et inconvénients d’un véhicule.

Artillerie classique

La portée de ces pièces est largement supérieure, tandis que leurs cadences de tir sont beaucoup plus faibles. L’artillerie est capable d’éliminer non seulement ses cibles habituelles (canons antichars, mitrailleuses, unités anti-aériennes…) mais c’est aussi elle que l’on privilégiera pour contrer l’artillerie adverse, la portée des meilleures unités pouvant aller jusqu’à 4000 mètres.

Artillerie blindée

Là encore, le principe est le même que la version « à pied ». On notera toutefois que certains engins possèdent des capacités antichars que l’on vous déconseille d’essayer, sauf en dernier recours…

Catégories d'unités

Lance-roquettes

Une autre arme longue portée dont l’utilisation diffère largement de l’artillerie classique. L’attaque ne se fait pas en une succession de tirs mais en une concentration de projectiles couvrant une large zone très rapidement. La réponse est mortelle en cas de gros regroupement mais peut faire défaut sur une escouade ou deux. Les dégâts ne sont pas le principal intérêt de tels engins. Ils sont davantage reconnus pour leur capacité à stresser. Un problème toutefois : les lance-roquettes sont très gourmands en munitions.

Observateur d’artillerie

Dans le même esprit que les lance-roquettes nous avons les observateurs d’artillerie. Ce sont des véhicules tout ce qu’il y a de plus bête, de la jeep en passant par le tank sauf qu’ils sont capables d’ordonner une frappe d’artillerie hors-carte dans une large zone. Catégories d'unités La puissance de ces frappes dépend du modèle d’observateur et du mode de tir sélectionné (rapide et peu puissant, lent et puissant ou moyen à tous les niveaux). Comme les mortiers, les observateurs doivent s’approcher de la ligne de front, à leurs risques et périls.

Top Gun

Nous avons bientôt fait le tour des catégories d’unités de Steel Division. Il ne nous reste plus qu’à aborder les unités aériennes. Elles joueront le même rôle que l’artillerie, à savoir détruire les défenses ennemis. L’intervention de l’aviation sera d’ailleurs plus efficace en général à condition d’avoir une totale maîtrise du ciel. Contrairement aux autres types, les unités aériennes demanderont une bonne micro-gestion pour prendre l’ascendant sur votre ennemiCatégories d'unités En effet, un virage bien négocié avec un chasseur ou une retraite anticipée avec un bombardier feront souvent la différence entre la vie et la mort :

Chasseur

Sachant que vous aurez du mal à vous débarrasser des avions ennemis avec vos armes anti-aériennes, il va falloir se procurer un chasseur tôt ou tard. Ce sont les avions les plus rapides et les plus agiles destinés à abattre d’autres appareils. En l’absence de cible aérienne, les chasseurs peuvent toujours mitrailler les troupes non-blindées. Cela aura un impact assez faible, du stress et deux, trois morts sur un malentendu, mais c’est toujours bon à prendre.

Avion de reconnaissance

Ces biplans totalement désarmés sont là pour inspecter le terrain à la manière des autres unités de reconnaissance. Bien qu’ils permettent de voir encore plus de choses que la reconnaissance traditionnelle, leur extrême lenteur et leur fragilité en fait des proies faciles pour les chasseurs. Notez que les allemands de la 16. Luftwaffe ont la particularité d’avoir des Beo. Storch, des avions de reconnaissance ayant la capacité d’un observateur d’artillerie. Catégories d'unités

Bombardier

En comparaison avec les chasseurs, les bombardiers sont très lents. Comme les autres types d’appareils (hormis les avions de reconnaissance) ils peuvent servir pour la lutte anti-aérienne mais c’est évidemment déconseillé. Leur but premier comme leur nom l’indique est de larguer des bombes. Qu’il s’agisse d’une seule bombe de 250 kilos ou de plusieurs « petites » bombes, il est question de dégâts de zone importants. Les bombardiers sont donc particulièrement adaptés contre l’infanterie mais peuvent aussi bien faire l’affaire contre des cibles individuelles.

Casseur de chars

Rien de bien compliqué à comprendre : les casseurs de chars sont là pour nettoyer les véhicules car ce sont les seuls à posséder des armes capables de pénétrer le blindage. Les munitions pour ces armes sont faibles et la valeur dépasse rarement les 9 d’AP, mais en optimisant les tirs (c’est-à-dire en se rapprochant le plus possible avant de tirer, une manipulation complexe) ces avions peuvent faire des miracles.

Catégories d'unités Vu le coût et la difficulté de prise en main, on déconseillera son utilisation pour les petits nouveaux.

Roquettes antichar

On termine avec un type d’avion qui porte très mal son nom. Les roquettes antichars que portent ces appareils sont (dans le jeu) destinées à des frappes chirurgicales contre des cibles non-blindées ou faiblement blindées. Pour cause, les roquettes ont uniquement une grosse valeur explosive, ce qui les rend inefficaces contre les chars en dehors des dégâts psychologiques qu’elles infligent. Les proies idéales pour les roquettes antichars sont en fait les canons antichars et autres unités défensives nécessitant un tir précis. La portée des roquettes est également un atout puisque les avions n’ont pas besoin de trop s’exposer à l’ennemi pour faire feu, contrairement aux bombardiers.

Les commentaires sont fermés, mais les retroliens et les pings sont ouverts.